L’hiver, c’est la saison pour nourrir les oiseaux dans son jardin ou sur son balcon

 

Cliquez sur la photo pour découvrir notre gamme

oiseaux-du-ciel

Découvrez notre gamme d’aliments et d’accessoires pour les oiseaux du ciel

L’hiver, c’est bien sûr la saison pour nourrir les oiseaux dans son jardin ou sur son balcon. Même si lors des hivers assez doux, il est utile de les aider car leurs ressources alimentaires « naturelles » (graines laissées sur pied dans les cultures, baies dans les arbustes …) ont tendance à diminuer du fait des techniques agricoles modernes.
C’est aussi l’occasion d’observer des espèces qui le reste de l’année ne s’approchent pas des maisons (grives, troglodytes, mésanges, …).

 

 

 

Conseils importants

-Si vous avez commencé à nourrir les oiseaux pendant l’hiver, n’arrêtez pas de le faire, notamment en cours de période froide (gel ou neige) : les oiseaux habitués à venir chez vous auraient alors beaucoup de mal à chercher ailleurs.
-Le nourrissage doit débuter aux premiers vrais froids (fin novembre) et se terminer à la fin de l’hiver (mi-mars).
-N’oubliez pas l’hygiène ! Il faut régulièrement nettoyer les mangeoires et leurs alentours des fientes et vieux aliments afin d’éviter la transmission de maladies.
-Certains oiseaux se nourrissent à terre (merles, étourneaux, accenteurs, etc.) alors que d’autres sont plutôt arboricoles (mésanges) et préfèrent donc les mangeoires : vous pouvez ainsi favoriser telle ou telle espèce.
-Il ne faut pas donner trop d’aliments salés et évitez le pain sec. Vous pouvez déposer vos restes de repas (comme le riz bouilli, les gâteaux rassis, les pommes de terre cuites, les croûtes de fromage , etc.). Vous pouvez bien entendu acheter des graines dans le commerce.
-Il est peu important que la mangeoire ait une forme très précise, le plateau donnera accès à l’ensemble des oiseaux, la trémie aux plus petits oiseaux seulement. Il est plus important que les mangeoires soient approvisionnées au bon moment et entretenue régulièrement.
-Pensez à l’eau ! En cas de gel, cassez régulièrement la glace, versez de l’eau chaude. L’hiver, il est très difficile aux oiseaux de trouver où s’abreuver. Si le sol est recouvert de neige non durcie, les besoins en eau sont moins urgents.
-Dans tous les cas, les mangeoires doivent être installées hors de portée des chats. Si vous disposez la nourriture à terre, éloignez-la des buissons où peuvent se cacher ces derniers. Elles doivent être fixées solidement à un support ou suspendues.
-Afin d’abriter au maximum les oiseaux et la nourriture des intempéries, il est préférable de poser les mangeoires et la nourriture en général du coté opposé aux vents dominants.
-Si vous décidez de construire vous-même une mangeoire, utilisez de préférence des bois résistant à l’humidité comme le sapin, avec une épaisseur minimum de 1 cm. Il vaut mieux la peindre avec une couleur discrète.

À faire !

Placer la mangeoire en hauteur pour les mésanges, au sol pour les moineaux avec les merles et les grives (sur un support tout de même).
Mettre à disposition de « l’eau liquide » régulièrement quand il gèle. Verser de l’eau tiède durant une heure par jour est suffisant. A la belle saison, le bassin ne doit pas être plus profond que 10 cm.

À ne pas faire !

-Quand il fait très froid, il est déconseillé de donner du pain dur aux oiseaux en raison de la présence d’eau dans ce dernier.
-Donner des restes de table salés ou trop épicés.
-Ne pas tenir compte des mœurs des oiseaux, certains se nourrissent au sol, d’autres dans les arbres. (mangeoires suspendues).
-Placer la nourriture à la portée immédiate des prédateurs.
-Utiliser de l’alcool ou de l’antigel pour l’eau de boisson.
-Disposer d’un bassin d’eau trop large et (ou) trop profond.

Les différents types de mangeoires

 

Les différents types de mangeoires : (a) la mangeoire filet favorisant les espèces « agiles » comme les mésanges, (b) la mangeoire « trémie » en coupe, (c) la mangeoire « plateau » est la plus simple et attire beaucoup d’espèces et (d) la mangeoire faite avec une bouteille; très efficace.
Dessin : Ornithomedia.com
Si vous désirez mettre en place un nourrissage un peu plus  » évolué  » que de simples restes de repas jetés sur l’herbe, il faut penser à mettre en place des mangeoires.
Il existe différents types de mangeoires, adaptés à telle ou telle catégorie d’oiseaux.

Les mangeoires suspendues dans des filets

Elles sont réservées aux espèces les plus  » souples  » : mésanges, sittelle torchepot, etc., qui sont donc capables de s’alimenter de façon acrobatique. On peut les fabriquer soi-même ou les acheter dans le commerce.

La mangeoire « trémie

C’est l’image  » classique  » de la mangeoire : un compartiment à graines distribue petit à petit la nourriture aux oiseaux au fur et à mesure que ceux-ci la mangent.
Un petit présentoir abrité permet aux oiseaux de se nourrir à leur convénience. Les graines restent ainsi au sec et ne craignent pas (trop) les moisissures.
Il est possible d’acheter ces modèles dans le commerce ou de les fabriquer soi-même (un peu compliqué).

La mangeoire « plateau »

Le plateau avec ou sans toit peut être suspendu ou attaché sur un piquet, le mat est serré entre deux lattes, elles même vissées au plateau, le tout maintenu par une vis en travers. Peu sélective, elle est accessible à de nombreuses espèces.
Attention ! La pluie, l’humidité ambiante peuvent entraîner des moisissures.

Les graines

La nourriture de base semble être représentée par les graines de Tournesol strié qui sont appréciées par tous les granivores (Verdiers d’Europe, Pinsons des arbres et du Nord, etc.) mais aussi par toutes les mésanges, ainsi que par le Chardonneret élégant et le Rougegorge familier qui récupèrent les petites miettes que les Verdiers mettent partout autour du point de distribution.

Nourrir nos amis l'hiver

Abstract

Winter is the season to feed the birds in your garden or on your balcony. Although recent winters have been less cold than in the past, it is important to help the birds during this period, because their natural food ressources (seeds, berries, etc.) tend to decrease due to modern farming techniques. But it’s also an opportunity to observe species that otherwise do not approach houses (thrushes, wrens, chickadees, …) during the year.

error: Content is protected !!